Dyslexie, les mots en désordre.
[ Par Yves Wendels auteur des Tests de la Noria / Atelier Occitan d'Imprimerie la Noria Nimes 2005 ]





Le livre "DYSLEXIE. Les mots en désordre " est paru en 2005.

Il est disponible aux " TESTS DE LA NORIA "

           

La dyslexie n'est pas une curiosité rare, une pathologie marginale qui ne  concernerait que les spécialistes.

·                     C'est au contraire, du fait de son ampleur une véritable calamité scolaire et sociale.

·                     Chaque année, des dizaines de milliers d'enfants dyslexiques, entrent à l'école. On concevrait mal que les enseignants ne soient pas les premiers et les mieux informés.

·                     Mais la dyslexie ne perturbe  pas que l'apprentissage de la lecture et de l'orthographe, c'est tout l'univers de l'enfant (et plus tard de l'adulte) qui est gravement affecté.

·                     Parents mais aussi conseillers et psychologues intervenant dans la sphère scolaire sont directement concernés.

·                      La méthode de dépistage proposée dans la deuxième partie du livre, leur est plus particulièrement destinée.

 

·                     "Dyslexie. Les mots en désordre" tente d'apporter à tous une information fiable, claire, directement utile.

·                     Vous trouverez ci-dessous, le sommaire, le chapitre d'introduction et quelques extraits pour vous faire une première opinion.

 

SOMMAIRE :

PREMIERE PARTIE : Vincent un enfant dyslexique.

            Encore une dictée  

Que se passe - t il dans la tête de Vincent?

            Tout le monde est concerné

            Dyslexie, dysorthographie

            Définitions de la dyslexie

            Le conflit inter hémisphérique

            Vincent un enfant comme les autres

            L'entrée à la grande école

            La leçon de lecture

Composition d'orthographe

            Véhicule, voiture ou auto ?

            Apprendre à lire

            Et en calcul ?

            Le club d'aéromodèlisme

            Un autre regard dur la dyslexie

            Dyslexiques et célèbres

            Témoignage : Maintenant la dyslexie je m'enf…

            Plus de garçons dyslexiques que de filles ?

            La dyslexie est-elle héréditaire ?

            La méthode globale

            Ca passera à la puberté !

            Expliquer la dyslexie à un enfant

            La rééducation de la dyslexie

            Choisir un orthophoniste

            Quel rôle pour les parents ?

            Vivre avec sa dyslexie

            Dernières nouvelles de Vincent

 

DEUXIEME PARTIE : GUIDE DE DEPISTAGE.




POUR COMMANDER :

Prix 25 Euros, plus le port de 3 € pour 1 exemplaire


(facture administrative en 3 exemplaires jointe à l'envoi)















POUR LES COMMANDES INDIVIDUELLES :
Adresser votre commande,
accompagnée de son réglement
(en précisant vos coordonnées,
si elles sont différentes de celles indiquées sur votre chèque) à:

LA NORIA
84 bis, Avenue Jean Jaures
30900 NIMES

Prix : 28 € ( 25 € + 3 € de port)

Expédition sous 48 Heures


















Encore une dictée

Ce n'est pas vrai, tu le fais exprès !
Je n'ai pas dit TRADIF, mais TARDIF , TARREDIFFEU !!!
C'est pourtant clair, ouvre tes oreilles.

Ca, c'est maman, et c'est la dictée du soir, de tous les soirs d'ailleurs.

Mais je le sais que c'est TARDIF ! J'entends bien. J'ai deux oreilles. Mais au moment d'écrire, je ne me rappelle plus ou il faut le mettre ce "R".
J'ai toutes les lettres, j'ai presque réussi à les mettre dans le bon ordre, j'ai beau fouiller dans ma tête, il n'y a rien à faire, TARDIF, TRADIF, c'est pareil.

D'ailleurs plus je m'applique, plus je me trompe. Mais je le jure, je ne le fais pas exprès.
C'est vrai que, des fois, je fais des fautes énormes, mais aussi, j'en ai marre qu'on me bouscule avec toutes ces dictées.

A l'école, c'est pire. L'autre jour le maître s'est vexé, il a dit que je me moquais de lui.
Je m'en souviens bien, c'était une dictée, encore une dictée. Il était question d'un orage, et le conducteur "remontait rapidement les vitres du véhicule".
J'écrivais à toute vitesse, enfin, aussi vite que je pouvais et puis soudain, ce sale mot, idiot, avec un "h" quelque part -"véhicule", je sais bien qu'il y a un "h", je l'ai déjà vu quelque part ce mot, mais je ne sais plus ou il faut le mettre ce "h", j'hésite, j'hésite…


Pendant ce temps, la dictée continue. Je commence à être lâché par le peloton.
Tant pis, je fonce, véhicule, vhéicule, vléhicul, …je n'y arriverai jamais à temps, alors à la place, j'écris " auto ", c'est juste pour ne pas être semé, juste pour rester en contact.

Après ? si j'ai un peu de temps, peut-être…

Franchement, je ne pensais pas que ça ferait une telle histoire.

Tu te moques vraiment de moi Vincent. Ca ne t'intéresse donc pas ce qu'on fait en classe ?
Monsieur écrit ce qu'il veut, c'est à dire n'importe quoi.


Vexé le maître !

C'est pas vrai pourtant. Si je n'avais pas écrit provisoirement "auto" à la place de cet autre mot compliqué, je ratais la moitié de la dictée.

Vous auriez fait quoi, vous, à ma place ?

Mais il a ramassé les copies trop vite.
Trop tard pour corriger !


Moi je commence à en avoir marre de vos dictées. Plus j'en fais, plus je fais de fautes.
D'ailleurs en dictée, cinq fautes, plouf ! c'est zéro. Et moi en trois lignes, je les fais mes cinq fautes et plus j'écris, plus j'en fais.
Alors 5, 10, 20, 30 … Bof ! de toutes façons, c'est zéro.

Ca me donne une idée ; à la prochaine dictée, je compterai les mots et si je réussis à faire 50 fautes en 50 mots, j'entrerai dans le grand livre des records.

Vincent champion du monde des fautes d'orthographe !

CHAMPION DUMONDE…




Ce n'est pas une histoire romancée de la dyslexie, ce n'est pas non plus un livre de vulgarisation.

C'est un guide pratique simple et aussi complet que nécessaire.


Je suis persuadé depuis toujours, qu'on peut parler simplement, mais de manière précise et documentée de sujets qui ont la réputation usurpée d'être compliqués.
La dyslexie en est un exemple parfait.

L'histoire de Vincent, servira de fil conducteur à ce livre.


Je tenterai, en illustrant mon récit de "moments choisis" de la vie de ce jeune dyslexique, de vous faire vivre les doutes et les hésitations qui l'assaillent, pour mieux mettre en évidence les mécanismes sournois qui sont à l'œuvre, avec l'intention non seulement de les décrire, mais surtout de les expliquer. Pourquoi l'enfant dyslexique éprouve t-'il une difficulté particulière à identifier certaines lettres, pourquoi hésite –t-'il au moment de les lire ou de les écrire ?
Quel est le mécanisme de ces fautes ?
Comment le cerveau traite –t -'il ces informations ?
Pourquoi plus de garçons dyslexiques que de filles ?
Est-ce qu'on "guérit" de la dyslexie ?
Y a t-il des dyslexies plus graves que d'autres ?
Comment expliquer que des savants, des philosophes, ingénieurs, écrivains, réussissent brillamment, malgré une dyslexie ?
C'est à ces questions et à d'autres que je tenterai d'apporter une réponse.




… la dyslexie est un trouble dont les manifestations peuvent être très différentes d'un enfant à l'autre. Mais pas plus et pas moins que les enfants sont différents les uns des autres.
Ce n'est d'ailleurs pas sur la diversité des manifestations qu'il faut focaliser l'attention, mais sur leur mécanisme, qui lui est étonnamment stable.
Et quand on a bien compris pourquoi un enfant confond parfois le "b" et le "d" ou le "p" et le "q", on finit par découvrir, que c'est le même mécanisme perturbé qui est à l'origine de ces confusions et de bien d'autres encore, ce qui explique pourquoi les difficultés se croisent et se cumulent.




Actuellement, grâce aux progrès des neurosciences, notamment de l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRM f), on peut observer le cerveau en action.
La où le cerveau travaille le débit du sang s'accroît. Grâce à des marqueurs radioactifs, on peut "voir" le cerveau qui lit, entend, parle, se souvient.
On a pu ainsi établir que le cerveau d'un sujet dyslexique a un fonctionnement différent de celui d'un sujet "normal".




… pour savoir lire, il faut être capable d'associer chaque lettre au son qui lui correspond, pour les voyelles, c'est relativement facile, à chaque voyelle correspond un son et un seul.

C'est le cas par exemple de l'alphabet grec (vers l'an 1000 avant JC) ; la correspondance entre le son et la lettre est presque totale. Ce qui est vrai également (avec des exceptions), pour l'italien et l'espagnol. Dans ces langues, chaque phonème est représenté par un même graphème. Ce sont des langues dont l'orthographe est dite transparente. Alors que l'anglais et le français sont des langues opaques.

On comprend aisément que l'anglais soit une "seconde langue" dont l'apprentissage se révèle particulièrement difficile pour les enfants dyslexiques.




On a l'habitude de dire que les enfants dyslexiques sont lents, mais c'est parce qu'à chaque étape du processus de lecture, ils ont beaucoup plus de travail à faire que les lecteurs normaux.
On les croit inattentifs, mais c'est par ce qu'ils sont confrontés à des ambiguïtés permanentes entre lesquelles ils doivent arbitrer.

© Tous droits réservés 1999/2006 - Test de la Noria (30)