Bilan Français Noria



Ce test a été élaboré à partir des demandes des psychologues chargés de
réaliser des bilans individualisés de compétences en français.
Le cahier des charges a été établi en collaboration avec des C.I.O.,
C.I.B.C., ainsi que des correspondants des Missions locales et des P.A.I.O.

Il se présente sous la forme d¹un cahier de 8 pages,
en couleurs, les réponses se font sur le test.

Il ne s¹agit pas d¹un test d¹intelligence.
Ce ne sont pas les capacités intellectuelles qui sont évaluées,
( encore qu¹elles ne soient pas indépendantes du support au travers duquel elles se manifestent),
mais le niveau de maîtrise du code écrit.

Le cahier des charges a fait ressortir une demande bien identifiée :
comment savoir, en un laps de temps raisonnable,
si tel jeune, ou tel adulte, a une connaissance suffisante du français,
pour lui permettre de suivre avec profit une formation débouchant sur une qualification de niveau 5 ?

Ou, sinon, comment repérer avec suffisamment de précision,
son niveau actuel pour lui conseiller le parcours intermédiaire
le mieux adapté à l¹état de ses connaissances.

Questions concrètes, qui se posent,
non seulement aux conseillers d¹orientation psychologues,
quand ils ont à faire le bilan des connaissances en français d¹élèves en difficultés
( en 5°, en 4°et 3° d¹insertion, CIPPA, ou SEGPA ),
mais aussi aux psychologues des centres de formation,
et particulièrement ceux des centres de bilan de compétences.
Il est pourtant difficile de répondre de manière satisfaisante à des
questions apparemment aussi simples. La population visée est,
en effet, particulièrement héterogène.
A la diversité des milieux, des parcours scolaires,
s¹ajoute la variété des stratègies individuelles
utilisées pour la maîtrise du code écrit.

Il n¹est évidemment pas possible, en une heure environ,
et à l¹aide d¹un seul test , (malgré ses 138 items),
d¹explorer toutes les dimensions du langage écrit.
Le compromis entre le but poursuivi, et la durée raisonnable d¹une telle
épreuve, (compte tenu de la fatigabilité, et du risque de démotivation du
public concerné), nous a contraint à des choix rigoureux.

Durant l¹expérimentation, la pertinence de chaque item a été vérifiée,
de manière à ne conserver que les items discriminants.
Pour ne citer qu¹un exemple, la série des homophones (page 7) ;
un peu à notre surprise, s¹est révèlée un indicateur trés pertinent.

Le BILAN-FRANCAIS-NORIA, se veut un outil de bilan simple, pratique,
rigoureux dans sa conception, de nature à aider les psychologues,
à répondre aussi correctement que possible, à la demande d¹évaluation
du niveau de compétences en français de la population concernée.

Il comprend 3 niveaux hiérarchisés d¹exercices, répartis sur la totalité
des 138 items. Ces niveaux, matérialisés par des repères de couleur,
(jaune - vert - rouge -), ont été gradués, en fontion du pourcentage de réponses
exactes observées aux différents items, durant l¹expérimentation.

NIVEAU A (réponses en jaune sur le test)
C¹est le niveau de base. Un résultat insuffisant à ce niveau, à corroborer
avec un test de niveau intellectuel, rend très aléatoire les chances de
suivre avec succès une formation qualifiante. En cas d¹échec manifeste, et
en l¹absence de problèmes intellectuels, il peut ètre judicieux de
s¹interroger sur l¹existende d¹un troule du langage écrit ( dysorthographie ?).

NIVEAU B (réponses en vert sur le test)
Niveau intermédiaire. Les notions élémentaires devraient être assimilées,
il convient d¹examiner l¹importance des lacunes. Le recours à l¹étalonnage
permet de situer la performance dans le groupe de référence.

NIVEAU C (réponses en rouge sur le test )
Il suppose l¹acquisition parfaite du niveau A, et satisfaisante du niveau
B. Un bon score à ce niveau permet de repèrer rapidement les sujets pour
lesquels le français ne sera pas un obstacle à l¹acquisition d¹une
qualification, peut étre même un élément facilitateur. Là aussi le recours à
l¹étalonnage, permet d¹affiner le pronostic.

MODALITES D¹EVALUATION :

Ce test peut être utilisé de deux manières complémentaires.

Comme un bilan traditionnel. En totalisant le nombre de réponses exactes,
sur les 138 proposées, et en comparant les niveaux de réussite.
Cette évaluation sommative peut être affinée par la comparaison des
résultats intermédiaires, aux trois degrés de difficultes du test
(niveaux A, B, et C.).
On peut, de cette façon, repérer, avec une précisionacceptable,
les sujets qui se situent aux deux extrémités de l¹échelle d¹évaluation.
Mais cette manière de procèder manque de précision pour tous les sujets au
milieu de l¹échelle de notation. Or, c¹est justement cette population
inttermédiaire, quon aurait intèrêt à évaluer avec le maximun de précision.

C¹est ce que permet le recours à un étalonnage en onze catégories
normalisées. (voir ci-dessous " à propos des étalonnages " ...).
Qui offre la possibilité de situer rapidement la performance d¹un sujet isolé,
par rapport à la population de référence choisie.

Ces étalonnages renforcent la validité de l¹évaluation,
particulièrement pour les résultats "moyens"
difficiles à interpréter par une autre méthode.

DUREE DE PASSATION : passation en temps libre. (prévoir 1 heure)

Retour



© Tous droits réservés 1998 - Test de la Noria (30)